Autres objets

Bibliothèque

La bibliothèque de l’hôpital contient à peu près 3000 livres traitant essentiellement de sujets religieux. Il s’agit de missels, d’exercices de piété, de dévotion, de souffrance de Jésus-Christ. Une petite partie des ouvrages est consacrée à la philosophie, à la médecine, à la pharmacie, etc. Beaucoup de reliures sont d’époque.

Le musée a récemment fait l’acquisition de plusieurs ouvrages anciens traitant de l’histoire de la médecine depuis le Moyen Age. Ces livres ont été d’une grande utilité lors de l’élaboration de la nouvelle scénographie du parcours de visite. Ils ont fourni de très nombreux renseignements ainsi qu’une iconographie précieuse et variée sur l’art de guérir à travers les siècles. Certains ont d’ailleurs pu être exposés dans les vitrines des salles des malades grâce à des conditions d’éclairage adaptées. Ils constituent maintenant un formidable enrichissement pour les collections de l’Hôpital.

Cuivres

Ces seaux en cuivre étaient utilisés aussi bien pour amener des braises dans les bassinoires (afin de réchauffer les lits des malades) que pour effectuer des fumigations afin de purifier l’air ambiant et chasser les éventuels miasmes flottant dans l’atmosphère.

On y retrouve bien souvent les initiales ou même les noms des religieuses à qui appartenaient ces seaux.

L’étain

Près de 750 objets en étain ont été retrouvés à l’hôpital. Il s’agit d’objets de vaisselle (courante) ou d’objets médicaux (plats à saignée, clystères…), ou encore d’objets décoratifs. Outre le poinçon du postainier, on retrouve très souvent sur tous ces objets de collection le poinçon d’appartenance à l’Hôpital Notre-Dame à la Rose de Lessines.

Porcelaine

L’institution disposait de quelques beaux services en porcelaine, faïences, des services de verres à vin ou à liqueur. On peut certainement citer entre autres : la porcelaine de Tournai datant de la deuxième moitié 18e siècle et première moitié 19e siècle.

Cette collection présente des décors très connus dans nos régions (la « Mouche », le « Laurier », la « Chenille », le « Gland ») et très recherchés par les amateurs d’art à l’heure actuelle. Cette porcelaine a connu un énorme succès aux 18e et 19e siècles, parce qu’en réalisant de la porcelaine en bleu et blanc (plus économique à la fabrication), la manufacture tournaisienne Peterinck mettait la vaisselle en porcelaine à la portée de (quasi) tous les ménages.

Enfin, une belle collection de porcelaine blanche de Bruxelles, la plupart des pièces comportant un décor Empire doré (début 19e siècle): tasses, sous-tasses, cafetières, laitiers.

Copyright 2015 | Hopital Notre-Dame à la Rose